Dernier coup de collier 
Dernier coup de collier
On est lundi matin et la température est déjà haute.
Deux groupes sont déterminés, l’un part pour Kang Va avec Mr Mekki et 2 techniciens, l’ autre reste avec Madame Lannegrand à Lataste.
Au programme a Kang Va:
- finition des luminaires: câblage des lumières
-changement des prises posées, remplacées par des prises murales plus adaptées, selon les techniciens
- tirage des câbles d’alimentation du nouveau bâtiment vers l’ancien
- installation et câblage des interrupteurs dans la bibliothèque et dans la classe du bâtiment neuf
- rectification des luminaires dans les WC, remplacement d’un grand par un petit, sur l’avis des techniciens
- pose des fluos et des caches
- pose des piquets de terre et test de la terre
Tout cela fut long a faire et fastidieux et fatiguant sous la chaleur grandissante

Au programme a Lataste:
- Creusement des trous de placement de la structure support des panneaux solaires
- Calage des pieds selon une certaine inclinaison
- Scellage des pieds dans du béton
- Entre deux, un temps de sélection des photos et d’écriture pour le blog et la NR, avec Mme Lannegrand
Bilan de la journée, il est20 heure:
Quentin commence< le travail a été épuisant aujourd’hui, plus simple que celui fait a Lataste mais carrément plus fatiguant.> un constat valide par Valentin qui rajoute, < on a peine mais le résultat final était incroyable. Tout a fonctionne du premier coup, pas de câblage à revoir. On n’a pas fait les mêmes erreurs que celles du début de Lataste. On a compris.>
Pour Andy, <travailler en plein soleil, ca a été éprouvant mais pas moyen de se mettre a l’ombre, les panneaux sont sous le pic du soleil. Le plus dur cela a été les outils utilises, très rudimentaires. Faire des trous dans un sol hyper dur avec une bèche de jardinage fallait s’accrocher, en 5 minutes j’avais des ampoules plein les mains, fallait beaucoup d’effort pour que cela marche, pour que l’on puisse au final poser ces fichus panneaux. Donc pas des conditions forcement favorables mais une grande fierté de voir que le boulot donne s’est fait>
Nicholas ajoute< aujourd’hui j’ai beaucoup couru, d’un bâtiment a un autre, j’en ai fait des kilomètres, et je suis tombe. Je n’ai fait que cela courir. Je me suis donne à fond. Au final. Quand, a la nuit tombée, j’ai vu que tout Kang Va s’éclairait, j’ai eu un coup au Cœur et beaucoup d’émotion m’a envahi. Je me suis dit: on a gagne>
Nicolas plus technique, précise< On a du faire plusieurs modifications, il y a eu quelques différends entre les techniciens et le professeur a propos des boites de derivation, ca c’est règle. On a travaille avec acharnement, on s’est arraché pour que cela marche, on s’est applique à suivre toutes les consignes, a un rythme soutenu, malgré tous les enfants qui venaient chahuter autour de nous, qui nous prenaient nos outils, qu’il fallait continuellement houspiller. Ils sont plus mal éduqués que ceux de Lataste mais en même temps ils sont nettement moins encadres, ils ont moins de cours qu’a Lataste. Ce qui m’a plu c’est ce qu’on dit les copains, c’est de voir que tout fonctionnait, sans rate, prises et luminaires ensemble. Je me rappelle a ce moment la Yohann m’a dit: garde ton sourire, il est trop beau. Et c’est vrai que j’étais heureux, réellement heureux.>

On est mardi matin, la chaleur est encore au rendez-vous pour notre dernier jour de chantier
Le chef des techniciens, Yohann donne son organisation, et aujourd’hui c’est tres simple, il dit a Mr Mekki<On fait deux groupes, tu mets qui tu veux dans chaque groupe, ils sont tous bons.> Ca, ça marque.
Et eux qu’ont ils retenu de notre travail?
Yohann:< le démarrage a été difficile. Difficile d’appréhender l’ensemble du chantier, de mettre en place les équipes. Mais j’ai trouve les jeunes hyper motives, ils ont montre qu’ils savaient bosse, ils ont montre leur bonne volonté. Par contre techniquement ils ont des manques, ils ont beaucoup appris ces jours ci, ils étaient prêts a apprendre. Ce qui leur fait défaut c’est au niveau des finitions, et des bases élémentaires d’électricité. Ils n’ont pas cette culture de se poser les bonnes questions, ils manquent d’expérience et de débrouillardise. Par contre j’étais très content de voir leurs sourires et leurs yeux briller hier soir. Ils se sont vachement impliques, ils n’ont rien lâché et ça c’est beau.>
Christophe:< techniquement, la fatigue les a tués, et les chamailleries aussi, les petites prises de tète. Mais malgré tout, on les voyait super motives et pour certains il y avait de l’émotion quand ils expliquaient le pourquoi de leur venue ici. Ils sont fiers d’être la et de donner un peu de leur temps. Quand ils en parlent ils en ont des frissons, c’est ce que m’a confie le plus grand, Nicolas, c’est ca? Ca fait qu’on leur pardonne leur manque de bases en électricité simple. On sent qu’avant c’était pas leur truc de retenir les formules et le reste, ca devait leur passer au dessus, la ils ont compris. Là il suffisait qu’il y ait quelqu’un derrière eux et ça captait tout de suite, ils étaient très a l’écoute des consignes. Ils sont encore un peu brouillon, les outils disperses ca c’est leur truc. Ils ont aussi manqué d’auto contrôle( des câbles a raccorder par exemple…on tire un peu sur le câble pour vérifier le raccord c’est tout).
En tous les cas heureusement qu’ils étaient là, vu l’étendue du chantier on n’aurait jamais pu y arriver sans eux. En 5 jours on aurait pas fini. Ils ont super bien bosse. Ils ont été incroyables.>
Gilles:< J’ai retenu une certaine coordination et motivation entre eux. Un bon état d’esprit. On se rend compte que les niveaux sont disparates, que les niveaux de compréhension changent des uns aux autres J’ai remarque une bonne efficacité due a une bonne définition des taches faite par l’encadrement. Un peu de pédagogie a été nécessaire aussi: pourquoi et comment je le fais?
Ils ont appris à faire des installations dans les règles de l’art. Il a fallu qu’ils s’adaptent aux spécificités et contraintes de la configuration des bâtiments. Chaque élève a pu s’approprier les différentes techniques de câblage, de fixation des goulottes et des éclairages, ils ont travaille avec a l’esprit les normes de sécurité et de conformité électriques.
Il a fallu recadrer de temps en temps et réexpliquer en détails certaines logiques électriques ( apprises en cours d’année).
La première phase du travail a été l’installation physique des supports et ancrage dans le sol. Il y a eu une bonne participation du groupe en sachant que ce n’est pas de l’électricité, mais dans le métier il faut savoir faire autre chose complémentaire pour avoir une vision globale de l’installation électrique.
Aujourd’hui, deuxième phase, la mesure des panneaux et tests pour vérifier le bon fonctionnement avant le câblage définitif. Il faut prendre des mesures de sécurité importantes compte tenu que les panneaux sont déjà charges d’énergie.
L’après midi sera consacrée a la pose de l’appareillage,(onduleur, tableau et prises de courant) qui sera utilise spécifiquement en secours pour des besoins informatiques en cas de coupure de réseau.
Si je devais rajouter une chose sur les jeunes cela serait qu’ils ont fait preuve d’une bonne cohésion de groupe ce qui se révélera important pour eux tous quand ils entreront dans le monde de l’entreprise.>


Commentaires

Ajouter un commentaire
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cette entrée.