dans la NR ce mardi matin 
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir ... ur-2225539

[ lire entrée ]
P a u s e m e r i t é e … p a u s e m é m o r a b l e 
Il est l’aube et tout le monde est debout, on a decide d’assister au lever du soleil sur les temples d’ Angkor et au coucher du soleil sur le lac de Tonle Sap.
Des que l’ on arrive on est saisi par les lieux, c’ est du jamais vu, de l’incroyable, du mystère et du spirituel confondu, de la dentelle de pierre et une masse imposante qui sort de terre avec majesté.< C’est trop beau>, s’exclame Nicolas ému,< trop magique>, ajoute Valentin a voix basse comme pour ne rien enlever au spectacle grandiose qui s’offre a nous. Un soleil rouge, flamboyant qui surgit derrière les murs sur un dernier fond de nuit.
Le site est impressionnant, les architectures nous surprennent, rien de comparable a cela en France. On avance dans un dédale de couloirs couverts de bas reliefs ou l’on devine les histoires qui y sont gravées…<6 ans pour faire ce mur la> explique un guide. On grimpe des marches qui nous conduisent a d’autres couloirs a des hauteurs pas possibles. On tombe sur des bouddhas devant lesquels on dépose des bâtonnets d’encens. On s’arrête au détour d’une galerie sur une esplanade et on admire la forêt qui envahit tous les alentours…on écoute aussi le cri des oiseaux…cela nous laisse l’impression d’être dans la jungle.< on est complètement ailleurs ici, hein Madame>, lance Dylan, pas encore remis du lever de soleil.< Vous vous rendez compte monsieur, je réalise le rêve de ma mère, être ici a Angkor, c’est prenant, ca me met les larmes aux yeux> Dit Quentin.
On change de site, on quitte Ankor Vat pour Angkor Thom avec Bayon puis le temple qui est en image dans le couloir de l’administration au lycée.
Chacun de ces sites a sa personnalité,, plus ou moins en ruine selon le cas, plus ou moins restaures( par les japonais)
Enfin on arrive sur les temples dévorés par les racines des fromagers, ces arbres géants qui habitent les murs du temple. Quentin tient absolument a prendre la pose du moine de la photographie de chez Madame Renou. Il exulte quand c’est fait. On termine notre tour en enjambant les ruines, en montant et descendant inlassablement des marches, on traverse des espèces de patios sous les regards de bouddhas géants et de statues féminines, des danseuses semble t’il, on s’étonne de l’énormité et de la tortuosité des troncs et des racines. On a du mal a ne pas être captivé par l’endroit. On fait fonctionner nos appareils photos comme des fadas. <On aura de quoi raconter et montrer>, remarque encore Quentin.
Il est l’heure de partir, une autre destination nous attend.
TONLE SAP, un endroit hors du temps, des villages sur pilotis, des gens qui vivent sur l’eau et dans l’eau. Pour y arriver on a traverse des villages tout de bois, avec des maisons ouvertes sur la rue, poussiéreuse et toute cabossée et des gens assis sur le haut des marches.
Les professeurs retiennent une embarcation pour aller sur le lac. Elle est du cru. On suit le cours d’eau, on découvre des pécheurs et leur drôle de technique de pêche. Ils plongent dans l’eau dans un espace qu’ils ont délimité avec des piquets.
On stoppe sur le lac aux abords du village flottant. Le soleil se couche. On prend le temps de gouter le moment, on monte tous sur le toit du bateau et l’on attend. Le soleil affleure presque les eaux du lac, notre pilote nous rapproche des maisons, on glisse au milieu d’elles, c’est tout un monde qui est là, quelque chose hors du temps, loin du chaos et des tracas de notre monde. Tout est tranquille ici, le calme et la simplicité des gens que l’on voit vivre ici, nous font réfléchir aux idioties et aux obsessions futiles qui nous animent. < C’est grave d’être ici comme cela, cá nous embarque loin> ne peut s’empêcher de penser tout haut Nicolas.
Ca y est le soleil est couche, on peut rentrer.
Merci a tous ceux qui nous ont permis de découvrir tous ces endroits merveilleux de vivre tous ces moments forts.

Quentin, Dylan, Andy, Gwendal



















[ lire entrée ]
dans la NR ce lundi matin 
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loiretcher-2224205

[ lire entrée ]
Le jour de vérité 
Le jour de vérité
Enfin c’est terminé. Maintenant est-ce que cela fonctionne? Grande question!!!
On attend le professeur, on a tous l’angoisse au ventre. Il arrive, on est tous devant l’armoire á attendre qu’il l’enclenche. Premier test : les prises. Le professeur branche une perceuse et là c’est l’euphorie. On fait une ovation au professeur, Un grand soulagement nous envahit, on a réussi la première part de notre boulot, reste à vérifier les luminaires. Chacun sa pièce et … grand blanc…Cela ne s’allume pas partout. Un vide nous prend. C’est bête ça ne marche pas. Pourquoi ça ne veut pas le faire? Où est-ce que l’on a foiré? Nous reste tout cet après midi pour trouver où ça coince.
On se reprend, il n’y a rien à faire il faut que cela marche!!!
Le soir s’est fait attendre. On était sur Kang Va mais nos têtes étaient avec les copains restés á Lataste pour vérifier les câblages. Il est l’heure de les rejoindre. Le suspens est exaspérant.
Ils nous attendent, encore une ou deux choses á vérifier et …
Le professeur nous rassemble dans le couloir, il enclenche le tableau. Et lá eureka tout s’allume, toutes les pièces s’éclairent, pas une ne manquait. Un grand soulagement nous saisit, tout d’un coup on est très fiers de nous, c’était la première fois que l’on faisait ca. On est tous émus, heureux d’avoir accompli notre mission. Notre bonne humeur éclate, on s’est tapé dans la main, on s’est pris dans les bras, heureux d’avoir fait du bon boulot, d’avoir rempli notre contrat. On est á l’autre bout du monde et se dire que le travail pour lequel on est venu jusqu’ici est fait, c’est délirant et envahissant. On n’a pas sué pour rien. Notre persévérance nous a rendus plus fort, plus sûrs de nous. <Il y a eu des moments de doute, rappelle Valentin, mais on croyait si fort à ce que l’on faisait que rien ne nous aurait arrêtés. Ca nous a fichu un coup au moral de voir que tout n’a pas démarré comme on l’aurait voulu ce matin mais cela nous a encore plus donnait l’envie de taper dedans, de remonter á l’échelle>.< Et moi, je me suis dit, les gars mon va et vient il marche, vous m’avez charrié avec ça pendant 2 jours et bien j’ai gagné, je vous ai tous eus. Il marche!!!C’est trop cool!!Trop content>, s’empresse de clamer Quentin.
<C’est bien que l’on est terminé mais maintenant il faut la validation des techniciens. On saura cela demain. Lá cela va être coton.>, finit Dylan.
En tous les cas cela va rester une expérience comme nulle autre pareille, c’est quelque chose que je souhaite de vivre á tous mes potes restés á Romorantin, car lá on mesure l’immense chance qui nous a été donnée de vivre cette aventure professionnelle, elle a été énorme pour nous. On a vraiment fait quelque chose pour autrui, c’est du concret, du vrai, on aura toujours envie d’en parler.
L’heure du verdict
On les attendait, ils sont lá les trois techniciens d’Energie Assistance. Ils sont sympas mais ça craint pour nous.
Ils font d’abord le tour du chantier avec notre professeur, on attaque le nettoyage des panneaux solaires. Enfin ils nous appellent.
Première remarque: vous vous êtes adaptés au contexte, vous avez fait avec la situation (la structure du bâtiment, en bois, les poutres, avec le matériel inexistant ou vétuste, ou inadaptés comme les prises de courant)
Deuxième remarque: Il y a des choses á revoir au niveau du raccordement des luminaires, mais cela fonctionne, vous avez su gérer, et puis vous avez aussi utilisé trop de cables.
Au niveau du va et vient, vous avez trouvé par vous-même la solution pour que cela soit opérationnel, c’est bien même si elle n’optimise pas.
Dans l’ensemble je valide votre travail, je ne m’attendais pas à ce que vous fassiez tout cela dans les temps donnés avec les conditions données.

Un grand ouf!!!
On est fin prêt á enchainer sur les panneaux solaires, mais d’abord une leçon théorique. On est dimanche.










[ lire entrée ]


Bonjour á tous,

on est de retour des temples et le chantier a repris de plus belle avec les techniciens...Ca bourlingue dur.

Vous aurez des photos demain si tout va bien.



Amicalement,

les cambodgiens


[ lire entrée ]

<<Premier <Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Suivant> Dernier>>